Partagez | 
 

 Si j'ai un médoc pour l'insomnie? Avec de cernes pareilles? [Finie~]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Naoyuki Taira


avatar
Messages : 13
Date d'inscription : 18/05/2016
Localisation : Infirmerie
MessageSujet: Si j'ai un médoc pour l'insomnie? Avec de cernes pareilles? [Finie~]   Mer 18 Mai - 22:34




Carte d'identitéPour vous connaître un peu mieux
Votre Personnage
NOM: Taira
PRENOM: Naoyuki
GENRE: Masculin
AGE: 34
NATIONALITÉ: Japonaise, d'Okinawa
PRÉFÉRENCE SEXUELLE: pansexuelle
GROUPE: Le Personnel
PROFESSION: Docteur Scolaire
SITUATION: Fatigué Célibataire, avec un divorce qui traine
Vous
VOTRE PSEUDO: Mana, Lenny
VOTRE AGE: 18 ans et trop de dents ouo/
COMMENT AVEZ-VOUS CONNU LE FORUM? on m'y a invitée :V
AVEZ-VOUS DES SUGGESTIONS POUR LE FORUM? nah
AVEZ-VOUS LU LE RÈGLEMENT?: Validé by Kao
VOTRE TAUX DE PRÉSENCE ICI: en bonne période près de tous les jours, en période basse c'est variable ;v;
VOTRE EXPÉRIENCE RP: assez longue mais espacée
PETIT MOT DE LA FIN: oh bah ooohhh
Son image:
« meow meow meow ! »

« Aïe ! Tamaya, pas les cheveux… »

Une petite calicot joue, mordille, tire sur les cheveux de son maître. Ils sont longs – trop longs, s’empilant sur ses épaules. Une fois qu’il réussit à faire lâcher prise au chaton, Naoyuki soupire et la pose parterre.

« Peut être que c’est temps de les couper…. » Il murmure, sa voix fatiguée alors qu’il se lève et traîne des pieds jusqu’au miroir du salon, le chat trottant joyeusement derrière lui. Il examine alors ses cheveux, tournant la tête sur la droite, la gauche ; inspecte les pointes fourchues. Il ne les a pas coupés depuis sa séparation, et en deux ans, ils ont bien repoussés – les couper trop courts fut une grande erreur – mais une petite taille leur ferait un bien fou.

Mais pas la peine d’aller chez le coiffeur pour ça. Son esprit fatigué n'as pas trop le loisir de se soucier de son apparence, et les couper aux ciseaux à sparadrap ira trèèèèès bien.

Il baille (dormir deux heures  aujourd’hui l’a plus épuisé que reposé, bizarrement) et se traine jusqu’à la salle de bain, puis jusqu’au placard à pharmacie. Il s’empare des ciseaux et essaye de jauger la longueur où couper, les bons trois quarts de ses cheveux déjà entre les lames. Après un moment, il trouve enfin la bonne longueur et s’apprête à noter mentalement l’endroit où couper quand… Tamaya le chaton s’attaque à sa chaussette fuyante, le faisant sursauter et… couper la quasi intégralité de ses pointes d’un coup de ciseaux.

Il reste bien dix secondes à contempler son image dans la glace sans percuter. Puis il pousse un soupir et pose les ciseaux pour prendre le temps d’admirer pour de vrai le désastre capillaire ; le côté droit est coupé net, et seule un mèche reste trop longue, cascadant sur son épaule gauche.
Il laisse échapper un autre soupir résigné, puis fusille le chaton du regard, qui mordille maintenant sa chaussette l’air de rien.
Tamaya le chaton, se calme ensuite et va faire la sieste (veinarde) sur la pile de lessive fraîchement repassée pour le reste de la journée.

Elle ne réapparaît devant Naoyuki qu’une fois l’heure de son dîner venue ; elle mange, puis vient trouver sa place favorite sur l’épaule du médecin, ronronnant bruyamment, encore plus quand son maître lui frotte le cou.

La petite Tamaya aime son maître ; elle ne pense bien sûr pas en mots, mais le sentiment est là.
Elle aime se blottir contre son cou, aime poser ses pattes sur son visage foncé et les maintes tâches de rousseur qui s’étalent sur les joues t la lèvre de Nao, aime mordiller celles sur son nez. Elle aime –aimait ?- jouer avec ses cheveux foncés.

Mais ce que Tamaya préfère, c’est se blottir contre son torse (elle doit avouer qu’il est un peu dur, y’a du muscle là-dessous) lorsqu’il dort. C’est un loisir rare, puisque bizarrement son maître ne semble pas beaucoup dormir ? comment fait-il ? Tamaya ne comprend pas comment il ne peut pas dormir ne serait-ce que 15 heures par jour, grand minimum.
Elle se pose aussi des questions sur Naoyuki. Pourquoi a-t-il une marque sur son annulaire gauche ? Est-ce que ça fait mal ? Il la frotte souvent, donc…. Pourquoi a-t-il des ficelles sur ses lunettes de lecture ? C’est pour jouer quand il s’ennuie ???
Et le plus quand mystère… pourquoi laisse-t-il parfois le long jouet en tissu qu’il s’attache autours du cou à la maison, et soupire de soulagement quand il le voit sur son lit en rentrant ?

C’est décidément bizarre, un humain.
Son caractère:
Quand il est trois heure du matin, et qu’il a atteint sa limite de sommeil, mais que la fatigue alourdit tout de même son esprit, Naoyuki se perd dans ses pensées et rêveries.
Qu’est-ce qu’il fait qu’il est lui-même ? Outre son corps, sa voix…

Est-il défini par la paranoïa dont il souffre légèrement ? Non ; elle ne se manifeste que rarement quand il est éveillé. Elle est surtout source de son insomnie. Il a toujours eu du mal à dormir, même enfant, certes, mais ce sont les huit années de mariage qui l’ont rendu totalement insomniaque.
La paranoïa ne le définit donc pas. La fatigue et l’insomnie ? Peut être.

Mais il serait toujours lui-même s’il dormait plus, non ? Ce n’est peut être donc pas ce qui fait de lui Naoyuki Taira, donc….

Et plus il y pense, plus il fatigue, et ses pensées deviennent absurdes.

Est-ce sa condition de docteur, alors ? Vit-il pour son travail ? Peut être. Être médecin était son rêve dès tout jeune après tout. Un médecin compréhensif, mais ferme – pas la peine de faire semblant d’avoir mal pour sécher les cours, hein ; et il a en fait réussi. Mais il n’est pas encore au bout. Il le sera quand il aura réussit à ouvrir son propre cabinet de généraliste. Mais là, il s’égare. Être médecin ne peut pas être ce qui le définit en tant que personne ; ce serait étrange de ne vivre que pour son travail… Bien qu’il doive avouer qu’il l’a souvent utilisé pour fuir la fatigue et les émotions qui le hantent.

Mais si ce n’est rien de tout ça alors, est-ce ses habitudes ? Comme de ne boire que du café décaféiné (pas besoin de dormir encore moins), ou de devoir s’occuper la bouche avec sa cigarette électronique ; du chewing-gum ; ou encore la pipe à bulle (et on ne juge pas) ? C’est peut être ça.

Ou serait-ce… le simple fait de se poser ce genre de question philosophique à point d’heure ?

Ses pensées ne mènent à rien ( et ce à chaque fois), et peut être demander à ses proches – sa famille-  au lieu de tourner en rond tout seul dans son lit aiderait plus. Tamaya ne lui offre pas beaucoup de retour sur le sujet – ou sur quoi que ce soit.

Il devrait demander à sa famille, vraiment. Mais demander de l’aide est une bien difficile épreuve pour Naoyuki. Sans doute est-ce une séquelle d’un mariage abusif, et rien que d’y penser, il frissonne et frotte nerveusement la trace que son ancienne alliance a laissé sur son annulaire gauche, Il est bien soulagé d’en être sorti, mais les cicatrices sont toujours là, plus psychologique de physique, contrairement aux événements qu’il eu vécu- des jours emplis de violence plus corporelle que morale.

Il ne peut s’empêcher de penser, réfléchir à cette ancienne relation qui n’eut été que brièvement heureuse. C’est la preuve d’uen blessure profonde, lui répète le psychologue qu’il voit deux fois par mois- c’est normal, ça ne fait que deux ans. Il guérit doucement. Sûrement, il ne sait pas.
Son histoire:
« Sera, je m’en vais. »
La porte n’est encore qu’entrouverte, mais sa valise unique est déjà la – prête.
Leur histoire s’est déjà finie depuis bien – trop – longtemps. L’agonie de leur mariage a déjà trop duré, le temps de partir et tourner la page sur leur amour  raté est venu.
Mais partir n’est jamais facile. Laisser son île natale, cette maison, ses souvenirs, et les espoirs qu’il eu entretenu un jour lui déchire le cœur. Mais tout ça doit pourtant cesser au plus vite ; chaque mois voit ses heures de sommeil réduire alors que ses bleus, coupures et excès de paranoïa augmentent. Quitte celle qu’il pensait être la femme de sa vie est une véritable épreuve, mais elle est bien nécessaire.

« Nao, Nao chéri ne part pas, je suis désolée… Je ne voulais pas lancer ce vase sur toi hier, pardonne moi, pardonne moi ! », Elle pleure dans l’entrée, et peut être dit elle vrai ; peut -être le regrette-t-elle vraiment…
Il sent sa détermination vaciller un instant, puis la douleur sous la compresse qui recouvre l’œil que le dit vase a égratigné lui rappelle la cruelle réalité dans laquelle il a vécu ces huit dernières années. Il lui faut partir.
Il aime toujours le fantôme de celle qu’elle était au début, mais la femme devant lui n’a plus rien de ce spectre aimé.

Il la regarde une dernière fois et admire ses cours cheveux noirs qu’il a embrassé tant de fois, son visage commun mais charmant, ses yeux mouillés qu’il a plus souvent vu emplis de fureur que d’amour, son corps fin tenant is bien pourtant dans ses bras…
L’envie de rester l’assaillit telle une poussée de nausée et tourner le dos devient une épreuve herculéenne, presque insurmontable. Presque.

«  ce n’est pas votre envie de rester, mais la peur issue de l’abus » – les mots de son psychologue retentissent dans sa tête et lui donne la poussée de courage dont il a besoin. Il prend une grande inspiration et énonce aussi clairement qu’il ne le peut :

« je t’avais prévenue ; encore une dispute qui va jusqu’à la violence et je m’en vais. »

« je ne voulais pas ! Si seulement tu m’écoutais ! Si seulement tu ne donnais pas raison à cette vielle folle au bureau ! C’est de ta faute, Naoyuki ! »

«paroles typiques d’abuseur, monsieur Taira, ne vous laissez pas avoir par le blâme. »

Sa respiration se dérègle un instant et il ferme les yeux, la forçant à se remettre en ordre, avant d’articuler un « adieu » bien trop faible et étouffé comparé à ce qu’il avait l’intention de dire. Mais voilà qui est totu de même dit, et le voilà qui se précipite dehors, courant vers la voiture de sa sœur qui l’attend – heureusement – déjà devant le portail.

Mais Sera a d’autres plans en tête, et le rattrape par l’épaule, le tourne dans son élan, et connecte son point fermement à sa joue, envoyant ses lunettes  (déjà fissurées) voler dans le gazon. Naoyuki laisse échapper un cri étouffé de douleur alors que la coupure sur son œil se rouvre et tache la compresse de carmin.

La femme secoue sa main comme si elle s’était fait le plus mal entre eux deux et crache d’une voix menaçante :

« tu ne vas nulle part. Tu es mon mari et tu vas rentrer dans cette maison, nettoyer ce qu’il reste du bordel d’hier, désinfecter ma main, et un point c’est tout. », Sa voix se fait douce sur les derniers mots, et Naoyuki en tremble, l’œil qu’il peut encore écarquiller empli de peur.

Sa détermination est aussi morte que son cycle de sommeil, et il s’apprête à obéir quand quelqu’un attrape son épaule libre ; c’est sa sœur.

« encore un mot et j’appelle la police, mademoiselle Shinonome. », énonce-t-elle d’un ton sec, ne laissant aucun doute quant à la sincérité de ses mots.

Sera – Shinonome de son nom de jeune fille – est coupée dans son élan et baisse les yeux jusqu’au téléphone portable que tient sa belle sœur – ex-belle-sœur. Elle lâche l’épaule de son maintenant ex-mari et recule d’un pas, évitant leurs regard alors qu’ils se dirigent vers le portail.

Naoyuki ne peut s’empêcher de se retourner alors que sa sœur le guide jusqu’à la voiture, contemplant une dernière fois les ruines d’un amour autrefois prometteur.

***

Un sursaut et il se réveille, son souffle irrégulier et bien trop rapide pour être normal. Un regard à son radio-reveil
Lui annonce qu’i la dormi exactement une heure et 23 minutes. Son soupir tremblant se transforme en un sanglot unique. Pourquoi faut-il que sa rare ‘nuit’ de sommeil soit contaminée par un souvenir aussi désagréable ?

Inutile de se recoucher, il ne dormira plus, ses cachets n’ont de somnifère que le nom. Il s’assoit donc et pose sa tête sur ses mains, frottant nerveusement la marque d’une alliance qu’il a déjà ôté.
Le rêve était une transcription exacte des événements de ce jour là, et même maintenant, leur divorce traine toujours. Il soupire encore et remercie les cieux qu’au moins, il n’y ait pas de pauvre enfant au milieu de ce désastre.

Son réveil indique 03:25 et il est encore trop tôt pour se préparer à aller au travail. Encore un autre soupir et il retombe sur son lit, essayant de fermer les yeux un instant, mais l’image de son ex femme s’imprime sur ses paupière, le forçant à les rouvrir. Tamaya semble sentir sa détresse et vient se blottir contre lui. Il esquisse un petit sourire et caresse machinalement le petit félin pendant qu’il continue de penser.

Deux ans ont déjà – seulement – passé depuis leur séparation, et la paranoïa, l’insomnie qui en ont résulté le hantent toujours. Même maintenant qu’il vit seul avec Tamaya, à Kyoto, où il a fait ses études de médecine, il y a une quinzaine d’année ; même maintenant qu’il a une position idéale en temps que médecin scolaire dans un bon lycée.

Deux ans depuis qu’il a arrêté de fumer de vraies cigarettes parce que l’odeur  –  elle embaumait leur salon, où il prenait le plus gros des excès de violence de son ex femme – le rend malade maintenant.

Deux ans depuis qu’i la commencé à économiser pour ouvrir son propre cabinet.

Deux ans depuis qu’il est libre. Plus insomniaque que jamais, mais libre.
© gotheim pour epicode

_________________
     


Je veille en #567800
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaoru Hito


avatar
Messages : 203
Date d'inscription : 09/08/2015
MessageSujet: Re: Si j'ai un médoc pour l'insomnie? Avec de cernes pareilles? [Finie~]   Jeu 19 Mai - 1:56

LENNYYYYYY ! \o/

BIENVENUUUUE ! ♥

Oh bah ooooh !

Bon courage pour ta fiche ^.^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Matthew Bradford
Allons-y Alonso !

avatar
Messages : 301
Date d'inscription : 09/08/2015
Age : 28
MessageSujet: Re: Si j'ai un médoc pour l'insomnie? Avec de cernes pareilles? [Finie~]   Jeu 19 Mai - 10:08

Bienvenue sur le forum ! o/

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Frederick Goldman
Le Ronflex de Compét' \°3°/

avatar
Messages : 276
Date d'inscription : 09/08/2015
MessageSujet: Re: Si j'ai un médoc pour l'insomnie? Avec de cernes pareilles? [Finie~]   Jeu 19 Mai - 15:40

Lennouille ma petite fripouille ♥

Je vais essayer d'enseigner à ton petit perso comment dormir, tu vas voir je suis doué pour ça ! Tu t'installe n'importe, tu fermes les yeux et tu ... *ronfle*

C'est moi où dans les suggestion tu propose qu'on installe une Mannakete ? *joue trop à Fire emblem*

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ginko Yoshikuni


avatar
Messages : 169
Date d'inscription : 09/08/2015
Age : 28
MessageSujet: Re: Si j'ai un médoc pour l'insomnie? Avec de cernes pareilles? [Finie~]   Jeu 19 Mai - 23:18

\o/ Plus on est de fou, moins y'a de riz ! Mais on s'en fiche, on est généreux par nature !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Naoyuki Taira


avatar
Messages : 13
Date d'inscription : 18/05/2016
Localisation : Infirmerie
MessageSujet: Re: Si j'ai un médoc pour l'insomnie? Avec de cernes pareilles? [Finie~]   Ven 20 Mai - 0:00

Bloup ovo/

Kaorouille (C'est beau ok ) -> NAAAATTTHHH ♥ \ouo/ merci ;v; !

Matthew -> Merci beaucoup ouo/

Fredydydydydy -> Valouille ma grenouille ♥
Il prend note, il prend note lol
Et je meurs parce que j'y ai pensé en tapant "nah" lol

Gigigigigigigiggi-> oh que j'aime cette expression *v*

Mais donc voilu, j'ai fini cette fiche vite fait (bien fait je sais pas, ce serait présomptueux de ma part), je sais pas depuis combien de temps ça fait que j'ai terminé une fiche aussi vite ;v;

[edit]Je mettrais les petites images plus tard, quand j'aurais scanné/nettoyé mes sketches de Nao[/edit]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaoru Hito


avatar
Messages : 203
Date d'inscription : 09/08/2015
MessageSujet: Re: Si j'ai un médoc pour l'insomnie? Avec de cernes pareilles? [Finie~]   Ven 20 Mai - 20:00

Fiche validée


Yeah ! Je n'ai rien à redire sur ta fiche ! Elle est claire, agréable à lire et tu ne fais pas de fautes, youhouu ! \o
C'est donc avec plaisir que je te valide ! J'ai hâte de voir ce monsieur à l’œuvre !


Tu peux aller recenser ton avatar Ici et faire ta demande de chambre ici si tu souhaites résider sur le campus. Si tu veux, tu peux rejoindre un ou deux clubs également. L'inscription se fait par ici !

Pour commencer, tu peux faire une demande de RP ici.

Si tu as des questions ou autres, le staff est à ta disposition !

Amuse-toi bien parmi nous ! \o
codage par encrine pour Nadakai no Hiketsu
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Naoyuki Taira


avatar
Messages : 13
Date d'inscription : 18/05/2016
Localisation : Infirmerie
MessageSujet: Re: Si j'ai un médoc pour l'insomnie? Avec de cernes pareilles? [Finie~]   Ven 20 Mai - 20:02

Yeeeeee \ouo/ Merci, je vais faire tout ça ~

_________________
     


Je veille en #567800
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Si j'ai un médoc pour l'insomnie? Avec de cernes pareilles? [Finie~]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Si j'ai un médoc pour l'insomnie? Avec de cernes pareilles? [Finie~]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un nonos pour eux un nonos pour moi :3
» " Les histoires qu'on aime le plus vivent en nous pour toujours." Avec Lumen...
» Pour en finir avec les coups d'État en Haiti...
» Pour en finir avec les gouvernements de Facto en Haiti!
» Liste pour tournoi 1500pts avec resctriction

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nadakai no Hiketsu :: Fiches personnages :: Fiches :: Fiches Validées-